La bibliothèque de Saint Eusèbe

ACCUEIL INFOS CATALOGUE ANIMATIONS PRIX LITTERAIRES AVIS LECTURES LIENS

François Garde, L’effroi, Gallimard


Le livre

L’effroi, c’est ce qui saisit Sébastien Armant quand, lors d’une soirée de première à l’Opéra Garnier enregistrée par la télévision, un 20 avril – date anniversaire de Hitler –, Louis Craon, chef d’orchestre de renommée internationale, avant d’attaquer l’ouverture de Così fan tutte fait le salut nazi. Face à ce geste stupéfi ant, Sébastien Armant

se lève et, son alto sous le bras, quitte la scène. Sa réaction entraine celle des autres musiciens de l’orchestre, obligeant le chef à quitter le pupitre.

L’effroi, c’est ce qui saisit le lecteur qui découvre de quelle manière ce geste fait basculer irrémédiablement la vie de cet « homme qui a dit non ».

Sylvia Harri, Je suis mort un soir d’été, Bernard Campiche


Le livre

L’architecte Petro Cerretani se retrouve confronté à son propre passé lorsqu’il est amené à veiller sa petite sœur atteinte d’une maladie génétique entraînant une arriération mentale. Cette maladie, qui a provoqué l’éclatement de la cellule familiale, bouleverse complètement la vie du frère. Pietro ne sait pas s’y prendre autrement que par la mensonge à ses amis et à sa famille. Le questionnement sur la vérité, la dissimulation, voire l’imposture, occupent une place de choix dans ce livre. Une écriture très puissante, poétique et sensible.

Auvergne-Rhône-Alpes

 Suisse Romande

LAUREATS 2017

Les lauréats des années précédentes, C’est ici

Le prix Lettres Frontières 2018 a été décerné

Samedi 10 Novembre lors de la manifestation « L’usage des mots »

Les lauréats sont :

Pour Auvergne-Rhône-Alpes

Pour la Suisse romande

Damien MURITH pour son roman « Le cri du diable »

Le diable crie dans les veines de Camille. Camille est jalousie. Elle cherche en vain celui qui ne la décevra plus et de village en village, de misère en misère, répand son venin. Mais le passé rattrape Camille. Alors elle fuit, se cache derrière les murs de la grande ville, loin des hommes qui la traquent. Après la noirceur de la terre et les profondeurs des tempêtes humaines, la plume vertigineuse de Damien Murith trempe ici dans le poison et achève d'un souffle épique le tragique tryptique que dresse Le cycle des maudits.

Carine FERNANDEZ pour son roman « Mille ans après la guerre »

Un autre regard sur la guerre d'Espagne.

Miguel est un vieux solitaire, veuf depuis des années, qui n'apprécie que la compagnie de son chien Ramon. Il vit dans une cité ouvrière de la région de Tolède. Un matin, il reçoit une lettre de sa sœur Nuria. Elle a perdu son époux et compte venir vivre auprès de lui. Le vieux est pris de panique : sa sœur chez lui, c'en est fini de sa tranquillité, de son bonheur innocent avec Ramon. Il faut fuir ! Son chien sur les talons, le vieux prend un autocar en direction de l'Estrémadure, où il n'était jamais retourné depuis la guerre civile.

Montepalomas, le village de son enfance, est enseveli sous les eaux d'un barrage. Pourtant du lac les souvenirs remonteront. Des pans entiers de sa jeunesse belle et terrible, quand on l'appelait Medianoche (" Minuit ") et que vivait encore son frère jumeau, Mediodia (" Midi "). Un frère assassiné par les Franquistes et dont le visage, mille ans après la guerre, hante toujours Miguel. Mais peut-être est-il temps de se libérer du passé...

Dans un style ample et généreux, Carine Fernandez dessine ce voyage intérieur vers la rédemption, tout en revenant sur les années les plus noires qu'ait connues l'Espagne.

Bravo à eux !

 

Les autres romans de la sélection 2018